Tactiques,technique,entraînements, programmes,analyse de matches,théories-news foot- photos-vidéos,archives,historiques...

Lettre à Zaki Badou-2005-06

 
Date: Mon, 29 Aug 2005 2133 +0200 (CEST)
De: "rifki mohamed" <m_rifki_machriki@yahoo.fr>
Objet: Rappel-2 Tactique à utiliser.
À: zaki_badou@hotmail.com

Message envoyé au sélectionneur national marocain Mr Badou Zaki,  juste avant le matche retour décisif comptant pour les éliminations de la coupe du monde 2006 contre la Tunisie. Mr RIFKI a suggéré une tactique qui aurait donné un résultat positif si l'entraîneur avait appliqué les consignes dictées...

 

  ---------------------------------------------------------------------

Si Zaki, Bonjour.
Je ne sais pas si vous avez reçu ce message avant. De toutes les façons, je l'envoie une seconde fois à titre de rappel.... et j'attends vivement votre réponse.
Car après, au cours du match contre le Togo, j'ai remarqué des tentatives conformes à ce modèle mais qui ne réussissaient pas soit à cause de l'absence des certains joueurs clés ou du manque d'une bonne assimilation.
Je voudrais bien vous prêter main forte au milieu de ces mauvaises circonstances et ces malentendus qui paraissent être combinés par jalousie ou hypocrisie. 
Je suis Mohamed RIFKI qui avait communiqué avec vous le 17 mai 2005 dans le site " Badou.zaki " à propos de votre tactique utilisée ds la CAN 2004.
Je ne parle pas comme simple fan mais en tant que connaisseur auquel vous devrez avoir confiance pour sortir victorieux de cette situation qui nous tracasse tous.
Bref, lisez très attentivement  ce que je vous recommande de faire , et ce n'est pas très différent de la manière dont vous avez joué ds la CAN 2004 , sauf en Finale.
Essayez de le schématiser et j'attends votre réponse ou vos questions. à vrai dire , je préfère un entretien personnel direct sans l'intervention de personne pour mieux discuter en usant de tous les moyens.( Schémas, explications, exemple, vidéos ). J'ai une documentation très importante pour visualiser les matchs joués relativement de cette manière que je propose.
----------------------------------
Je conseille aux entraîneurs de suivre ce type d’animation que je juge efficace et meilleure sur tous les plans. Plusieurs amis entraîneurs qui l’utilisent, réalisent des résultats
incroyables. Et si les équipes qui disposent d'un effectif de techniciens de grand talent l'utilisent, le score sera inimaginable et le spectacle très plaisant : elle permet à ces techniciens de mieux s'exprimer car ils trouvent l'espace qu'ils ne cessent de chercher vainement avec les autres tactiques qui "" pour moi"" seront dépassées dans un avenir proche.
Je suis prêt pour répondre à toute sorte de remarques qui ne seront pas limitées du fait qu'on n'est pas encore familiarisé avec ce type de jeu qui paraît choquant ou baroque...
Donc, à part la préparation physique et les exercices d’entraînement techniques et de stratégie, plus la peine de se soucier trop de ces recettes théoriques stéréotypées des bouquins ou dispensées dans les centres de formation.
-----------------------------------------------
-- I -- Dans une configuration offensive:
—Dans une action offensive placée :
1°)-- On joue avec l’arrière latéral qui passe parallèlement avec ligne de touche vers son ailier démarqué dans le couloir, qui reçoit presque dans le 2è quart du terrain et continue dans le même sens pour attirer la défense ou s’échapper vers le carré de l’adversaire, ou qui , si c’est impossible ou jugeant que la défense adverse n’est pas en place, à son tour passe dans le même sens en verticale latérale vers un attaquant qui doit faire l’appel vers le même couloir en attirant son vis à vis ;
2°)—Si cet arrière latéral ne trouve pas l’ailier , soit il avance, soit il passe de la même manière au milieu le plus proche ( défensif ou offensif qui se déplace vers le couloir pour la réception et pour faire ce que devrait faire l’ailier, c-à-d , passer à l’attaquant qui doit faire l’appel….là l’autre
attaquant vient se placer en appui au 1er poteau de façon à jouer deux rôles :
a)– il s’apprête à la réception du centre au 1er poteau, de préférence ;
b)– en même temps, il préoccupe les quelques défenseurs qui se trouvent en place -- ( ça complète l’action conçue depuis le début où ceux qui peuvent marquer dans ce genre de situation, ce sont généralement les milieux offensifs…) -- et c’est pourquoi l’action doit être menée rapidement sans dribble ni retard avant que d’autres joueurs adverses viennent aider…la défense …
3°) – à ce moment là, si cette action aboutit à ce point du terrain, aux abords de la ligne des but ou du carré des 18 mètres :
-- le joueur en possession de balle : soit il sert ce 2ème attaquant de pointe au 1er poteau ; sinon, s’il trouve l’espace pour continuer l’offensive ou il passe à ras de terre à un autre joueur qui vient de derrière ou en retrait vers l’axe devant ses partenaires qui doivent tirer directement où après simulation ;
-- soit on trouve les milieux et la défense adverses tous groupés en surnombre de ce côté pour bloquer ce couloir: ( Car de cette manière les défenseurs accourent à la rescousse d’une
manière désorganisée.)
4°) -- Couloir bloqué et espace fermé : il remet derrière lui à son soutien qui lui effectue un centrage aérien au dessus du bloc , vers un espace automatiquement libéré soit derrière ces défenseurs dans l’axe, soit dans l’autre couloir où il n’y avait personne car le 2ème attaquant qui avait remplacé dans l’axe le 1er attaquant en possession de balle maintenant , a attiré avec lui le défenseur latéral qui a laissé cet espace vide ( c’est une astuce qu’on prépare pour que dans ce cas où l’ailier ou le milieu en soutien ne trouve pas de solution dans l’axe où près de lui sur son inter , ce centrage dans l’autre couloir , derrière cette défense préoccupée par la manœuvre va servir dans cet espace un autre milieu ou l’autre arrière latéral qui était à l’affût et qui peut
soit transformer, soit jouer le une - deux avec son inter, soit centrer dans le 1er couloir où ses partenaires attendaient en suivant préoccupant des défenseurs déroutés par ce type de jeu très simple auquel l’adversaire ne s’attend pas, d’où il est surpris.
5°) – si ces deux 1ères solutions s’avèrent impossibles à cause du pressing de l’adversaire --- ce qui est impossible à mon avis si cette animation est rapide et bien acquise, car l’un des avantages est la surprise de l’adversaire, surtout dans la 1ère étape. (Donc celle-ci doit être rapide) --- le possesseur de la balle remet derrière lui à son soutien ( un milieu défensif ou l’arrière qui a commencé l’action au départ , qui doit juger à qui ou par où recommencer une autre tentative offensive placée ;ou si impossible à cause du pressing des adversaires qui descendent pour cet objectif, l’arrière relance par un centre aérien long en profondeur en verticale tjrs et latérale pour attirer la défense vers la touche ou , dans l’axe car dans ce cas quelque espace doit rester libre….mais rarement . ( Remarque : c’est la balle qui court et pour mieux conserver cette balle, il ne faut jamais changer d’aile par des transversales lorsque le couloir est fermé ou bloqué , mais mais mais par l’intermédiaire du soutien qui est libre derrière et qui lit bien le jeu ; et dans ce cas, tjrs c’est l’adversaire qui court plus nous. Imaginez Trois ou Quatre tentatives de ce genre au début du match, l’adversaire ne peut que courir pour ne rien attraper, et s’il est fatigué, toutes les autres tactiques ( individualités, passes longues en profondeurs, les duels , tout devient à votre avantage ! Qu’est-ce qu’on veut de plus).
6-°) – Dans le cas où la balle serait perdue, les attaquants sont les 1ers défenseurs et les milieux font pressing de façon à empêcher à la défense adverse de se dégager de son camp.( La condition physique est tjrs indispensable même avec une tactique efficace !)
7 °) – Pour que cette tactique réussisse à CENT pour CENT,
A -- lors de la progression dans le même couloir, les milieux offensifs , le récupérateur et l’autre arrière latéral( dans le 3-5-2 ou le 4-3-3) et même dans le 4-4-2 ou le 4-5-1) doivent toujours monter pour ne pas laisser d’espace « dans le milieu de terrain et pour que notre partenaire en possession de balle trouve avec qui jouer : pour beaucoup de solutions : pressing offensif, soutien et conservation de balle, comme à la brésilienne d’antan ou lors de la finale des Confédérations, même si les
brésiliens jouent aussi dans l’axe, puisqu’ils ont beaucoup de talent et ils excellent dans le dribbling …etc … Et si le Brésil ou l’Argentine essaient de faire un jeu à dominante latérale comme je le propose ici, ils ne seraient jamais battus avec l’effectif qu’ils ont ; mais c’est une
question de conception , d’étude et de maturité.
B – continuer dans le même couloir, et ne changer d’aile -- de la manière précitée – que pour servir l’autre un joueur libre qui fait appel ou qui est en appui dans l’axe, ou l’autre ailier qui fait appel de
derrière ; ou dernier cas, lorsque le couloir est fermé, mais comme je viens de le recommander, changer dans ce cas via le soutien ( jeu triangulaire – passes en diagonale ) car entre le 1er couloir et les autres partenaires , il y a ce bloc d’adversaires regroupés pour se défendre fermant
ainsi tout espace . - les transversales étant faciles à intercepter par l’adversaire et ce genre d’erreurs est très dangereux pur notre défense qui ne se trouve pas en place à ce moment-là.
II -- Dans une configuration défensive :
Si l’adversaire arrive à attaquer et s’approcher de notre carré, après l’effort défensif des attaquants, les récupérateurs doivent avoir gêné la récupération par l’adversaire, et pendant ce temps toute la défense doit être automatiquement en place. D’où impossible d’être battu ! Voir rôle des défenseurs et du milieu défensif …de RIFKI… ,( Voilà des mouvements qu’on peut faire eux-mêmes comme exercices à l’entraînement. Il y a tout : passes latérales, appels et contrôle
orienté, préparation physique, acquisition des automatismes, développement de la maîtrise de balle et de la technique individuel ( contrôle ; dribble , feintes) ; centrages, petites passes, unes deux, tout y est …) c’est très simple , mais il faut veiller à ce que ça soit appliqué dans
l’entraînement et sur le terrain ; quand qqn fait erreur, faut l’arrêter sur place et lui montrer ce qu’il devait faire…
Ce qui est un peu difficile pour les joueurs , c’est le rôle de milieux soutiens qui doivent faire beaucoup d’efforts : pressing, soutien, participation à tour de rôle dans l’offensive pour même transformer( Mendetta de Valence, Ballack , Zidane, Gérard , Lampart, Scools, Roe Keane,
Became , Nedved, tous joueurs de milieu marquent des buts sur des actions où les attaquants attirent les défenseurs vers le bord pour les fixer là loin de sa zone, et après quelques passes comme à l’entraînement pour la distraire, on change vite sur ces milieux qui font la suite. Il faut choisir et les joueurs et les postes qui leur conviennent. Quant à la technique spécifique comme je fais pour chaque joueur, ça n’existe pas comme recette dans aucun bouquin, mais c’est moi qui les décris en fonction du rôle par rapport à chaque partie du terrain.
Ainsi il faut rappeler constamment à tes joueurs ce qu’ils doivent faire au niveau de la technique individuelle en fonction de cette tactique pour qu’il y ait compatibilité …
Quelques autres conseils : En défense et dans les duels, le jeu de tête : jouer tjrs de la tête les balles aériennes, ne jamais attendre, en défense, anticiper pour s’emparer du ballon ou au moins, se procurer un coup franc contre l’attaquant adverse… Pour qu’il n’ y ait pas de risque de perdre la balle, un milieu défensif doit monter en suivant l’action pour bloquer le milieu et de même
aider au pressing offensif.
Pour les centres en retrait dans le carré de l’adversaire, entraîner à
la reprise de volée ou demi-volée, ou de la tête…
Mais pour vous donner une idée un peu claire de peur que tu n’arrives pas à schématiser, voilà la description de l’emplacement final des joueurs après avoir mené une offensive de la manière décrite ci haut :
 Vu de haut , le schéma final dans cette situation devant but adverse
est de la forme d’un trapèze ou plutôt d’un polygone de SIX côtés :
1er côté de ce polygone – segment formé par les 2 avants de pointe du
côté du couloir de la préparation ;
2ème côte -- le long de la touche : l’ailier----l’arrière latéral ;
3ème côté -- de la touche vers l’axe : un segment oblique ( arrière
lat---libéro) ;
4ème côté – libéro---milieu défensif (seul) ;
5ème côté – ce milieu----l’arrière latéral de l’autre couloir loin de
l’action ;
6ème côté – cet arrière-----vers le 2ème attaquant dans l’axe.
A l’intérieur de ce polygone, les autres joueurs sont placé de façon à
exécuter l’animation comme c’est décrit ci haut de A à Z .

----------------------------------------
J'espère que vous êtes convaicu de l'importance de cette nouvelle idéologie tactique qui est d'ailleurs très convenables pour nous, car elle  sécurisante et présente aucun risque de contre de l'adversaire, mais  plutôt, elle tout avantages qui va aider nos lions techniciens à sortir  leur grand talent offensif et à mieux s'exprimer qu'avant.

Faites-moi confiance Si Zaki et je suis à votre disposition à tout moment.
Bon courage et bonne continuation.

                            -----------------------------------------

Fraternellement Mohamed RIFKI, professeur chercheur....

                         ----------------------------------------------

Tunisie-Maroc : dernier match retour décisif- Mondial 2006.

Commentaire fait par Mr RIFKI Mohamed- Maroc .

              ----------------------------------

Avant le match :

Les Lions de l'Atlas pourront faire le miracle en Tunisie

RIFKI Mohamed - On a encore de l'espoir, mais on a une seule solution: jouer l'offensive en Tunisie, mais une offensive organisée, à mon avis, comme je l'avais recommandé dans le site Zakibadou avant le match contre le Kenya.

(Un 4-4-2 offensif pourra être très efficace en concentrant le jeu dans les couloirs et en procédant par des contres rapides pour exploiter les espaces qui seraient libérés par le bloc équipe tunisien déchaîné en attaque).
Ne soyons donc pas pessimistes. D'une part, nous allons jouer avec l'équipe type au complet avec Boukhari comme meneur de jeu,les remplaçants n'étant pas tous à la hauteur, exceptés BOUSABOUNE , MOHA et Mokhtari.
Car d'une autre part, les tunisiens vont jouer sous la pression;
De plus, la défense et même le style de la Tunisie ne sont point convaincants : il y a un trou ds l'axe central que nos lions peuvent exploiter soit par des une deux rapides, soit par des dribbles( ZAÏRI ,Chammakh et Hajji auront bonne affaire dans la défense axiale tunisienne )
Donc, les tunisiens pourraient eux aussi rencontrer des problèmes.
Alors ,du fait qu'on ne doit que gagner, on doit jouer l'offensive sans aucune pression.
Voilà ce qui reste à faire pourvu que les lions se concentrent mieux surtout psychologiquement et tactiquement.

Rifki Mohamed.

Mardi 27 Septembre 2005 -
Après le match.

 Les marocains ont offert à la Tunisie le billet pour le mondial 2006. 

Dès le début du match, une faille dans la défense centrale de l'équipe tunisienne dont j'avais d’ailleurs parlé avant ce match dans un article, a été vite détectée et c'est par là que les DEUX buts marocains ont été marqués ! Mais l’on ne pouvait l’exploiter convenablement avec un seul attaquant de pointe.

Le coach marocain Badou Zaki n'a pas su gérer la suite du match après la sortie de Youssef SAFRI et les changements n'ayant pas été adéquats et en temps opportun.

Le Maroc a bien entamé le match et imposé son rythme dès le début de la partie, mais il n'a pu maintenir son avantage en optant trop tôt pour la défense de zone, laissant ainsi les tunisiens revenir au score grâce à un haut pressing et à des centres aériens qui ont perturbé la défense marocaine.

En seconde période, après la blessure du milieu récupérateur, Safri qui supportait tout seul le poids du milieu de terrain, le choix de Hdioued à ce poste n'était guère le meilleur du fait que déjà Boukhari n’a rien fait ni sur le plan offensif ou défensif.

Aussi l'absence de Naybet commence à se faire sentir à tel point que toute la défense devient fébrile et que Nadir Lamyaghri n'était pas confiant.

       Ce qui accentue encore cette fébrilité après le but égalisateur tunisien, c’est ce recul en zone et ce jeu aérien en profondeur à l’aveuglette alors qu’il fallait à ce moment-là jouer avec deux ou trois avants de pointe pour ce style de jeu d'autant plus que le changement de Boukhari et de Hajji ont été faits tellement tard que les remplaçants n’auront même pas le temps de rentrer dans le jeu.  

Sous l'effet de la pression au fil du temps, et en l’absence d’une cohésion entre la ligne de défense et l’attaque, les marocains, énervés,  se mettent alors à donner des coups gratuits à leurs adversaires et se voient contraints de terminer la partie à 10 après l'exclusion de Ben Âskar qui a écopé de deux cartons jaunes.

A vrai dire, les marocains, avec les qualités qui sont les leurs, ont offert aux tunisiens la qualification pour le mondial 2006 qui était largement à leur portée.

Mais hélas, c’est le football ! Et la règle veut qu’il y ait un gagnant et un perdant.

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site