Tactiques,technique,entraînements, programmes,analyse de matches,théories-news foot- photos-vidéos,archives,historiques...

NAISSANCE D’UNE NOUVELLE IDEOLOGIE TACTIQUE

Historique: NAISSANCE D’UNE NOUVELLE IDEOLOGIE TACTIQUE :

"Durant l’année 1974-1975, j’étais chargé de la direction technique d’une équipe amateur. Le terrain était moins large et ce manque d’espace qui n’était qu’à l’avantage de la défense adverse, me posa des problèmes devant toute tentative offensive collective osée de la manière traditionnelle, et ce malgré l’existence de quelques joueurs dotés de grandes qualités techniques. Ce qui m’incita à trouver une solution offensive urgente à ce problème.
Alors, le 1er jalon était de créer des espaces libres. Comment s’y prendre dans ces temps où la tactique de mode qui prédominait était encore le « 4-3-3 »?
Ce fut l’idée de jouer dans le même couloir d’une manière qui paraîtrait timide avec l’ailier, le milieu offensif, un récupérateur comme soutien, et un attaquant de pointe en appui, tandis que le reste, et notamment l’autre milieu, l’autre ailier et l’autre latéral suivent de loin tout en étant prêts pour surgir en temps opportun dans le but de terminer l’action,sachant que ce sont souvent des joueurs du milieu qui marquent des buts...

C’était le 4-3-3 avec un type d’animation nouveau dont les principes étaient l’occupation du milieu, la création des espaces, et le soutien constant du possesseur du ballon. Depuis lors, je l’ai modifiée par nécessité tactique qui impose un surnombre dans le milieu pour plusieurs raisons :
- être près des acteurs pour les soutenir cons-
tamment;
- donc, attirer par cette astuce plus d’adver-
saires de façon à les éloigner de leur poste officiel…
- donc, ouvrir des espaces dans l’axe et plus
encore dans l’autre couloir où va se trouver automatiquement de un à trois partenaires en repos et libres de tout marquages…
Ce qui m’a inspiré en fin de compte le 3—5—2 avant qu’il ne soit connu officiellement dans les milieux du football, et ce pour pouvoir mener une attaque placée dans le même couloir, tout en défiant ces thèses qui interdisent l’implication d’un grand nombre dans une action. Cependant, bien que confiant et convaincu de son efficacité, je n’ai osé par réserve, la révéler depuis cette époque avant de l’avoir étudiée profondément et expérimentée personnellement plusieurs fois avec plusieurs équipes et joueurs de différents niveaux techniques et de différentes catégories.
Maintenant, elle est confirmée surtout quand on en constate quelques aspects utilisés çà et là dans des matches de tout niveau et toutes les écoles ( Voir : le Brésil des années70( avec Pélé – 1982-86 avec Socrates et Zico ; Cruyff -Hollande; Angleterre et Allemagne - années 70; URSS -années-1980;l’Italie de 1982 avec Berzote animée par Conti et finie par Paolo Rossi ;l’Argentine de Carlos Bilardo-86-Maradona qui libérait Valdano, Buruchaga, Enrique… et surtout dans les éliminatoires de 2002, avec Ortega;France 98, 2000 (Zidane) qui libérait T.Henry, E.Petit, Wiltord…; Galatasaray de Fatih Terim-2000 avec Haggi( le roumain comme meneur de jeu;Real de Madrid –2003-04 ; 04—05 --Zidane-)… la Colombie championne de la copa américa ;Valence de Cooper –deux fois en champions ligue ; le Réal de Madrid grâce à Zidane au temps de Del Bosquet ; Luverkusen de Topp Moller et l’Allemagne finaliste du mondial-2002 et qui commença à l’utiliser juste après son humiliation par l’Angleterre 5-1; Arsenal sur son terrain, mais pas à l’extérieur; Ceska de Moscou Coupe de l’UEFA-2005 à Lisbonne; Chelsea en championnat d’Angleterre-2005-2006 avec Mourinhou; F.C. Barcelone- quelques matchs de Ronaldinho-2004--2005-et surtout contre Chelsea dans les deux matchs aller et retour de la 8ème de finale de la ligue des clubs champions -2005-2006 …et d’autres clubs ça et là , mais d’une manière improvisée…
Mondial-2006 :l’Allemagne de Klinnsman mais à dominante dans le couloir droit cette fois-ci…pas comme en 2002… et surtout l’Argentine dans ses 1ers matches et l’Italie ede Marcello Lippi.

REMARQUE IMPORTANTE:
Remarquez que dans n'importe quel système àdominante offensive, l'animation et l'orientation du jeu en verticale latérale restent l'arme la plus simple et la plus efficace pour envahir facilement le camp adverse et se créer ainsi de véritables opportunités de but
-------------------------------------------------------
Avantages escomptés par l’application de cette tactique:
-- Attraction, préoccupation et fixation des
Milieux (récupérateurs et latéral), de l’arrière latéral et des défenseurs axiaux dans le côté au profit de vos milieux offensifs et récupérateurs qui peuvent tranquillement exploiter les espaces découverts.
-- (Par le passé, ce rôle a été joué par les ailiers rapides d’antan en attirant par des dribblings et débordements, plus d’un défenseur dans le même couloir pour ensuite centrer en retrait dans l’espace libéré devant les buts adverses pour des partenaires en positions d’attaquants ou qui viennent de derrière).
- Surprise de l’adversaire par un envahisse-
ment rapide et inattendu de son camp ;
- ouvertures et espaces libérés dans le même
couloir, dans l’axe ou l’autre couloir.
- on impose notre jeu par un haut pressing ;
- d’où contrainte de l’adversaire à céder le
milieu, à reculer constamment pour faire un pressing très bas ; d’où déséquilibre et perturbation de la défense au prix de plusieurs concessions stratégiques et tactiques de l’équipe adverse :
-- d’où fatigue de l’adversaire contraint de céder en seconde période :
-- d’où la possibilité de procéder par des tentatives individuelles à double objectif :
-- débordements suivis de centrages ou
-- obtention de balles arrêtées qui sont de véritables opportunités de buts ou à la rigueur, augmenter la pression sur l’adversaire.
-- impossibilité de tomber dans le piège de l’hors jeu : d’où une menace constante contre l’adversaire ;
-- économie dans l’effort ;
-- stabilité morale et confiance en soi ;
-- Sécurité totale du contre adverse.
-- et somme toute, la bonne prestation.
Remarque : ce sont généralement les milieux offensifs ou récupérateurs ou même l’autre arrière latéral qui marquent des buts en 1ère période.
-- plusieurs opportunités de buts, surtout si l’on mène au score et que l’adversaire monte pour tenter d’égaliser.
En seconde période :le remplacement de joueurs fatigués (attaquants ou milieux offensifs qui supportent le poids de cette tactique) par un attaquant et un ailier rapides avec un bon technicien comme milieu offensif pour varier le rythme et le style pour échapper à un éventuel impact négatif du coaching adverse et de là, aggraver le score.
Plus d’opportunités : outre le spectacle :
- centres au 1er poteau ou au 2ème poteau ;
- n’importe quel joueur venant de derrière peut
être sollicité pour la transformation ;
- conservation de la balle ;
- changement d’aile (de couloir) ;
- dribbling ;
- chasse aux balles arrêtées, surtout latérales
ou corners ;
- centres aériens derrière la défense
préoccupée dans le même côté ;
- fréquence des contre rapides ou placés ;
- tirs de loin …etc…
Conclusion :
C’est une arme très solide, surtout pour les petites équipes lorsqu’elles évoluent à l’extérieur devant les grandes. De même, elle apporte un nouveau style de jeu d’un esthétique et un charme nouveaux, une véritable contribution à l’évolution du football en général. Je crois que les différentes explications faites dans les paragraphes précédents et auxquelles vous avez bien voulu consacrer un peu de votre respectable attention, justifient bien mon enthousiasme et ma motivation pour cette nouvelle idéologie qui devra certainement contribuer à l’évolution du football d’autant plus qu’elle engendre aussi une série de nouveaux exercices appropriés inédits tant au niveau du collectif qu’à celui de la technique individuelle."

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site