Tactiques,technique,entraînements, programmes,analyse de matches,théories-news foot- photos-vidéos,archives,historiques...

Les systèmes de jeu (I)

QUELQUES REFLEXIONS SUR LES SYSTEMES DE JEU

 

Par Tony WAITERS



Tony Waiters est président et directeur technique de World Of Soccer ltd.


Après plus de 300 matches en 1ere ligue anglaise et 5 sélections sous le maillot national, Tony a entamé un parcours eclectique d' entraîneur du FC Burnley puis responsable du secteur jeune de Liverpool,et divers autres clubs avant de faire partie de la DTN anglaise puis de celle entre autre du Canada.
Il est aussi l'auteur d'un best seller sur l'entraînement :
"Coaching the team"

Introduction
Quelques unes des questions qui me sont le plus souvent posées par les hommes de terrain sont les suivantes : « Quel est le meilleur système de jeu ? ». Ils veulent savoir si le 4-2-4 est supérieur au 4-4-2, quels avantages a le 4-3-3 par rapport au système en 1-4-3-2.

Ces interrogateurs sont souvent désappointés de mes réponses. Je leur rappelle que ces équipes utilisent des systèmes différents : Défense de zone, marquage individuel avec libero et toutes les combinaisons numériques mentionnés dans le paragraphe précédent ont été employées de différentes manières par les meilleures équipes mondiales. Il n’y a pas un système qui soit a priori meilleur que les autres.

Cependant, toutes les équipes de football à succès, avec des combinaisons variées, observent certains principes communs dans leur système de jeu. Nous verrons ce principe essentiel un peu plus tard.

Les autres facteurs, au-delà de ce qui est le meilleur pour votre équipe, concernent le placement de vos joueurs. Par exemple, dans un match entre équipes de valeur équivalente, si l’adversaire aligne 4 attaquants, il serait risqué de présenter en face seulement 2 défenseurs. La plupart des équipes se sentiraient contraintes de présenter un nombre au moins égal de défenseurs pour s’opposer aux attaquants. Le bon sens commande de prévoir ces modifications dès le début du match. Il est important cependant, de ne pas trop abandonner de concessions autrement le risque est grand de ne jamais développer son propre style de jeu.

1. Les appuis -soutiens


Le jeu collectif basé sur les joueurs en appuis-soutiens, aussi bien en attaque qu’en défense (avec la notion de couverture) est la pierre angulaire du jeu d’équipe. Le jeu est joué en triangles et les appuis -soutiens comme l’illustre le dessin n°1 en identifient les 3 principaux types de positions donnés au joueur avec le ballon en position d’attaque.

En position offensive

Les 3 joueurs en apport présentent 4 options à considérer dans l’ordre des priorités:

1. Jouer le ballon vers l’attaquant
2. Conduire le ballon vers l’avant (dribbling), en sachant qu’il y a un joueur en couverture en cas de perte de balle
3. Jouer le ballon avec le joueur en soutien latéral
4. Jouer le ballon en retrait



Il est à noter dans le cas « utiliser le joueur en appui latéral » qu’il est important de donner la balle en diagonale plutôt que latéralement. C'est plus prudent pour éviter une interception et un contre.
La distance entre le porteur de balle et les appuis-soutiens en situation d’attaque doit généralement être plus importante qu’en situation défensive. Autrement dit 10-15m en position offensive contre 5-10m en position défensive. En effet en situation d’attaque nous devons agrandir les espaces alors qu’il faut les réduire en situation de défense.

En position défensive



Le défenseur le plus avancé doit conserver un rôle passif en empêchant aussi bien l’adversaire de placer le ballon derrière la défense que de le forcer à rester sur place (recul-frein)
Cependant , le premier défenseur peut en fonction du jeu ou du placement de ses partenaires, aller chasser le ballon.

Le défenseur en couverture (rear support) couvre le coéquipier qui attaque le porteur de balle. Remarquez au passage le placement du joueur en appui (side support) qui est placé plutôt en retrait que latéralement. Ce retrait doit s’accentuer si le défenseur en couverture est obligé d’aller effectuer à son tour le marquage de l’adversaire avec ballon.

2. Le hors jeu

Bien que le hors jeu ne soit pas à proprement parlé un principe de jeu, la loi 11 est très importante dans ce qu’elle implique stratégiquement.
Il est essentiel pour les entraîneurs d’avoir une connaissance parfaite de l’interprétation et de la mise en oeuvre de la loi du hors jeu... Ainsi, le fait est que l’arbitre et les juges de touches ont la responsabilité totale de l’application de la loi. Les entraîneurs qui basent la stratégie de leur équipe sur le hors-jeu font reposer le jeu sur des gens extérieurs à leur propre organisation. Néanmoins la règle du hors-jeu apporte une certaine sécurité dans le développement du jeu.

 

Défenseurs remontant le terrain pour mettre l’adversaire hors jeu


Cette protection offerte par la loi 11 encourage les meilleures équipes du monde à faire monter davantage les joueurs vers la partie de terrain adverse et à aligner prudemment la défense pendant une période de temps alors que l‘équipe adverse en possession de la balle.

 

Equipe gardant une défense alignée jusqu’à la dernière seconde. On peut apprécier les risques et le jugement



C’est peut-être la seule situation dans le jeu de football ou l’alignement est obtenu et cette tactique n’est pas sans risque. Cette situation de jeu exige de comprendre les ordres du coéquipier qui dirige la manoeuvre et l’appréhension qu’à le juge de touche de la position de hors jeu ou pas de l’adversaire...

3.L’utilisation de la largeur du terrain

Les systèmes de jeu détermineront si les flancs sont occupés par des ailiers (4-2-4 ou 4-3-3) ou si d’autres joueurs utiliseront les espaces créés sur les côtés pendant le cours du jeu (4-4-2). Indépendamment de l’arrangement numérique, toutes les bonnes équipes exploiteront la largeur du terrain dans leur organisation offensive. Parce que les défenseurs veulent rester groupés et former une ligne compacte, parce que les défenseurs sont peu disposés à être attirés hors de l’axe central placé devant leur but, les attaquants auront toujours un espace plus disponible sur les ailes que dans l’axe.
Les bonnes équipes savent cela et adaptent leurs attaques en conséquence en utilisant la largeur du terrain elles peuvent espérer trouver un espace derrière la défense, obtenir que les défenseurs défendent face à leur but, ou attirer les défenseurs hors de l’axe central, se créant ainsi des possibilités de concrétiser par des transversales par exemple.

 

Les espaces disponibles sur les ailes.



Les autres principes de jeu pour une équipe efficace sont :
-PENETRATION et PRISE DE RISQUE.
-MOBILITE pour causer la confusion dans la défense adverse avec des courses croisées.
-en défense, DISCIPLINE et PATIENCE seront toujours importantes tout comme les notions de DEFENSE COMPACTE et d’EQUILIBRE DES LIGNES (couverture).

Le positionnement du bloc équipe.

Il est important de garder à l’esprit les principes de jeu de l’équipe, en particulier les exigences offensives accompagnées d’un support défensif, l’utilisation de la largeur et la conscience de l’avantage à exploiter et rendre efficace la règle du hors jeu.

Le positionnement du bloc équipe sera établi indépendamment du positionnement numérique des joueurs. Dans le dessin suivant, le bloc équipe est mal positionné et trop étiré dans la longueur.

 

Etirement des 2 équipes dans le sens de la longueur



Les joueurs ne sont pas en position de se soutenir les uns les autres, aucun avantage n’est trouvé à jouer le hors jeu et l’allongement de l’équipe laisse une petite opportunité aux joueurs d’exploiter les espaces sur les côtés.

Avec 2 équipes tentant de prendre le meilleur en utilisant le piège du hors jeu, on a une image diamétralement opposée à la précédente (cette situation se rencontre souvent dans le football anglais depuis les années 70-80.)

 

2 équipes poussant pour prendre l’avantage grâce au hors jeu



C’est un jeu très serré, agressif, souvent excitant mais souvent haché par les hors jeu. Il n’est pas recommandé pour les équipes de jeunes en phase de développement. Ils n’ont pas l’expérience pour appliquer cette tactique Et sur le plan offensif, les espaces de jeu seraient trop serrés.

Le positionnement du bloc tel qu’il est montré au dessin suivant me semble être le meilleur :
Les membres de l’équipe sont espacés tout en restant compacts. Après avoir défendu avec succès, lors de la récupération de balle, l’équipe est positionnée correctement pour contre-attaquer.

 

Couverture de l’espace égale en largeur et en profondeur



Défenseurs, milieux latéraux et attaquants ont l’espace nécessaire au développement de l’offensive. C’est comme la respiration. Contraction (défense) expiration (attaque).
Naturellement lorsque le ballon bouge, chaque joueur bouge. Mais la formation de base tend à se maintenir. Cependant, d’un point de vue offensif le bloc équipe peut ne s’appuyer que sur certains joueurs pour jouer vers l’avant.

 

Le dessin montre comment le jeu en triangle produit un bon support de jeu



Il faut encourager les joueurs à prendre conscience des risques calculés en particulier dans le camp adverse. Quand le ballon est perdu, tous les joueurs doivent réagir simultanément et reculer limitant les espaces pour former un bloc compact.

L’efficacité du bloc équipe n’est pas liée à une organisation type 4-4-2, 4-3-3 ou quelconque arrangement numérique spécifique mais à son placement :

 

Bloc équipe en construction offensive depuis la défense. Bloc équipe en situation offensive médiane .Bloc équipe en position défensive côté ballon.



Chaque entraîneur, en accord avec ses joueurs, doit mettre en place un système utilisant le meilleur de ses joueurs, et non calquer un système utilisé même brillamment par l’Argentine, Liverpool ou quiconque. L’entraîneur doit emprunter des meilleures équipes leur volonté d’une bonne assise défensive et offensive et les principes qui les accompagnent.

Quelques considérations clefs sur le bloc équipe.

L’unité de l’équipe devrait être comparée à une amibe géante, se déplaçant de long en large, changeant de place et à une ampleur moindre, sa forme. La « forme » de l’équipe et sa place sur le terrain est déterminée par :
- la position du ballon
- le déploiement des joueurs adverses
- Le moment du jeu (attaque ou défense)

Un bloc bien positionné réclame :
- De bons soutiens défensifs, de bons appuis au milieu de terrain
- Les bonnes distances et les bons angles entre les joueurs - former des triangles dans toute l’équipe.
- la compréhension collective de la mise hors jeu
- l’utilisation de la largeur en mode offensif, de la réduction des espaces et une consolidation des couvertures en mode défensif.

3 votes. Moyenne 2.33 sur 5.

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site